L’avoine est goûteux, réconfortant, nourrissant mais léger, bon pour la santé : cinq bonnes raisons de ne pas s’en priver.

L’avoine

Si vous n’êtes ni écossais ni culturiste ni végétarien, il se peut que vos placards n’aient jamais vu passer l’ombre d’un flocon d’avoine. Dommage… Il est temps de remédier à cette situation. L’ordinaire de vos menus tout comme votre santé ont tout à y gagner.

L’avoine possède des fibres très particulières qui piègent une partie des graisses alimentaires dans l’intestin, évitant leur absorption. Elle aide ainsi l’organisme à réguler le cholestérol. Cette vertu diététique n’a été reconnue par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) qu’en 2010. Pendant des siècles, personne n’a songé à mettre l’avoine au menu, juste bonne pour les chevaux. Personne, à part les Écossais… Le sol picte, ingrat, ne permettait pas la culture du blé, du seigle ni de l’orge. Seule l’avoine daignait y pousser. On la mangeait donc, faute de mieux, sous forme de porridge. Un dictionnaire anglais de 1755 la définissait ainsi : « Céréale que les Écossais consomment mais que les Anglais ne donnent qu’à leurs chevaux. » Réponse des intéressés : « Voilà pourquoi l’Angleterre a de si bons chevaux et l’Écosse, des hommes aussi admirables ! » Les flocons d’avoine conviennent aussi bien aux régimes basses calories qu’à ceux visant la prise de muscles. L’avoine améliore le transit et possède enfin une grande richesse en vitamine E, excellente pour la peau.

Téléchargez notre application iOS

Téléchargez notre application Androïd

Flocons par-ci, flocons par-là

Pour profiter de ses bienfaits, il n’est pas nécessaire de troquer votre petit-déjeuner préféré (tartines, biscottes ou autres) contre un bol de muesli (mélange de flocons d’avoine et de fruits secs). On peut incorporer les flocons dans toutes sortes de préparations salées ou sucrées. Trois cuillerées à soupe par jour, sur une salade, dans un gratin ou un yaourt, feront déjà la différence. Lors du floconnage, le grain est précuit à la vapeur, séché puis aplati. Il n’est donc pas indispensable de faire cuire les flocons, sauf si l’on veut en améliorer la digestibilité. Préférez les petits qui, grâce à leur taille, s’incorporent plus facilement aux préparations.

Que faire de l’avoine, à part du muesli ?

  • Version soft : gardez les flocons à portée de main pour en saupoudrer d’une main légère salades, gratins, omelettes…
  • Version galette gourmande : ajoutez-y un œuf, des dés de légumes, du fromage, du lait ou de la crème et faites cuire dans une poêle huilée.
  • Version expérimentale : remplacez une partie de la farine par des flocons dans les pizzas, tartes salées, gâteaux ou biscuits. Moulus, ils passeront incognito ; entiers, ils apporteront du croquant.
  1. Poisson pané, pommes de terre sautées et sauce tartare.
  2. Granola au miel et cranberries.

Retrouvez toutes les recettes sur l’application Saveurs

Texte Dominique Lesbros. Recettes et stylisme Audrey Cosson. Photos Charlotte Lascève.