Parfois brute de décoffrage, la Bretagne sait aussi se faire plus sereine… Voyage gourmand, culturel et nature dans le Finistère sud, du côté de la ville qui a inspiré tant de peintres.

Pont Aven, un pur concentré de Bretagne

Une autre fois, vous reviendrez dans le Finistère pour explorer le Pays bigouden, la presqu’île de Crozon ou le pays des Abers… Pour l’instant, cap plein sud dans le plus fougueux des départements bretons pour découvrir un petit bout d’Armorique bourré de charme : Pont Aven et ses environs.

JE M’ABONNE AU MAGAZINE SAVEURS !

Un pur concentré de Bretagne, capable d’envoûter les amoureux du grand large, les dingues de nature, les fous de vieilles pierres et les gastronomes. Ce coin-là n’a pas la prétention de falaises spectaculaires ou de plages à perte de vue. Il se révèle dans le secret de ses alcôves, de ses bourgs tranquilles, de sa côte aux douces échancrures, de ses culs-de-sac qui virent à la divine surprise, de ses mouillages coquets, de ses rias au long desquelles mer et campagne finissent par se confondre…


Lire aussi : Découvrez Guernesey, un monde à part


Pont Aven, tout le monde descend au village, dans le joli petit vallon creusé par l’Aven, où Paul Gauguin et bien d’autres artistes ont autrefois promené leur chevalet – le musée des Beaux-Arts rouvrira ses portes fin 2014 après une restructuration totale. Pousser la porte des galeries d’art, emprunter la promenade des Moulins, se balader le long des quais, faire une razzia dans l’une des biscuiteries locales, voilà le programme officiel.

L’itinéraire bis ? Et bien il passe par exemple par la boulangerie Kersalé où Jean-Yves Kersalé fabrique de savoureuses galettes baptisées « Fleur d’Ajonc », inventées par son arrière-grand-mère en 1890 ; par La Part des Anges, excellente cave à vins où l’on peut goûter de fabuleux whiskies d’Écosse ou d’ailleurs et, juste en face, par la chocolaterie de Pont Aven, installée dans une imposante maison en granit : la botte sucrée de la ville, pour déguster sur place ou emporter d’imparables créations comme la tarte pomme-caramel.

Nos bonnes adresses

La « cité des peintres », arpentée en tous sens, et ses environs dessinent de superbes échappées. La pointe de Trévignon abrite un charmant petit port : à chaque marée ou presque, Philippe Briant appareille en solo sur son Namouic. Sa profession ? Ligneur. Depuis 5 ans, le bonhomme à la belle gueule burinée fait l’acrobate sur son embarcation, dans les parages des Glénans, pour pêcher le fameux bar de ligne.

Aussi, parmi ses clients, l’hôtel-restaurant Ar Men Du, vaillamment accroché sur une pointe voisine. Face à l’océan, quelques chambres de charme et une des meilleures tables de cette Bretagne sud : au menu, le large plein les mirettes, la cuisine étoilée de Patrick Le Guen, aussi gourmande que précise, et une carte des vins très convaincante. De quoi prendre pension…

 

Paysages pittoresques

Via le hameau de Kerascoët, la petite route file jusqu’à Port Manec’h. Une jetée, des bateaux, une belle plage de sable, quelques demeures années 30 avec vue imprenable sur le confluent de l’Aven et du Bélon, la petite station balnéaire a du chien ! Empruntez une petite route sans autre issue que celle de Kerdruc : un port de poche, une merveille de mouillage à l’abri des colères océanes, bordée de maisons d’atmosphère et du Bistrot de l’Écailler. Avec son décor ultra-chaleureux, sa terrasse majuscule, son homard au kari-gosse et frites maison, ses huîtres superbes de la famille Cadoret, ses plateaux de fruits de mer et sa carte des vins dans le vent bio-nature, la maison noircit sans mal son cahier de réservations.

Juste de l’autre côté du bras de mer, à Rosbras, le bistrot éponyme a aussi ses charmes et ses aficionados : et pourquoi pas, un soir d’été, un risotto aux crevettes à apprécier tranquillement sur la terrasse qui tutoie les eaux apaisées de l’Aven.


Lire aussi : Découvrez Les Pouilles : un charme à l’état brut


Pont Aven et ses environs

Pour s’aventurer sur les magnifiques rives boisées du Bélon, qui a donné son nom à la très recherchée huître plate, la géographie locale commande de repasser par Pont Aven. Avant de pousser jusqu’au port de Bélon et Kerfany-les-Pins, s’arrêter dans les environs de Riec-sur-Bélon. D’abord à Lanneguy : ce hameau dissimule un fournil étonnant, la boulangerie des Chaumières, qui cuit ses pains biologiques au feu de bois. Ensuite à la Villeneuve, pour faire le plein de bulles à la cidrerie Goalabré, également appelée « Au Pressoir du Bélon ». Au-delà du Bélon, la frontière morbihannaise approche, tracée par la rivière la Laïta, mais le Finistère donne encore prétexte à des détours, à commencer par les rias de Brigneau et Merrien.

La bretagne en circuit court

Dans la seconde, Isabelle Morvan et Patrick Struillou élèvent des huîtres plates et creuses qu’ils vendent en direct aux gens de passage et à quelques tables réputées de la région. Encore un peu plus loin, à Clohars-Carnoët, rendez-vous chez Marie Sylvestre. Ainsi, dans son exploitation en agriculture biologique connue sous le nom de « Les Chèvres de Marie », elle bichonne ses bêtes à cornes pour donner naissance à de délicieux fromages au lait cru. En mai 2012, elle a eu la bonne idée de créer sur place un petit magasin baptisé Court circuit, où elle regroupe les fabrications d’une quinzaine de producteurs locaux. Une dernière carte postale pour la route ? Une des plus belles et des plus attachantes de Bretagne : le port de Doëlan, immanquable, avec ses phares colorés, ses quais anciens et ses coquettes maisons bretonnes qui dominent les bateaux au calme d’un paisible abri côtier…

  1. Les pains de la boulangerie des Chaumières, à Lanneguy, sont cuits au feu de bois.
  2. Chaque mardi, c’est jour de marché à Pont Aven.
  3. Le village de Kerdruc et son petit port de poche.
  4. Pont Aven avec ses coquettes maisons est devenue la « cité des peintres » au xixe siècle.
  5. Une dernière carte postale pour la route : le port de Doëlan.
  6. En route pour une petite partie de pêche.

Cet article vous a plu ? Découvrez le magazine Saveurs, son application iOS et android