La mara des bois est devenue la favorite des gourmands avec son parfum de fraise des bois. Découvrez comment la cuisiner et son goût particulier.

La culture de la fraise

Pour la petite histoire, c’est au xviiie siècle qu’Amédée François Frézier, un explorateur et botaniste français, découvrit au Chili une nouvelle variété de fraisier.

De retour en France, il repique les plants dans son jardin de Plougastel et dévoile les fruits, bien plus gros que les fraises des bois cultivées depuis le Moyen Âge, à ses amis proches.

Conquis par le corps charnu, la chair pulpeuse et le goût sucré du fruit, ils en plantent à leur tour.

C’est ainsi que la fraise s’est installée dans notre pays. Aujourd’hui reine des étals dès le printemps, la fraise prend une teinte rouge à jaune blanchâtre et une forme ronde à conique selon l’espèce. Parmi les nombreuses variétés existantes, gariguette, mara des bois et charlotte sont les plus populaires


Lire aussi : Gariguette : la reine des fraises


Origine de la mara des bois

C’est à André Marionnet que l’on doit la création de la mara des bois.

Ce passionné d’hybridation des fraisiers est né dans une pépinière. En effet, son père avait déjà développé la production des asperges sur de grandes surfaces, entre le xixe et le xxe siècle.

Mara des bois : un côté sauvage ?

Le soleil s’est installé, la table est sortie dans le jardin, vous avez préparé une crème fouettée avant d’équeuter les fraises et de couper les plus grosses en deux ou en trois.

Aucun dessert n’annonce mieux l’été qui s’approche à grand pas. La mara des bois, tout particulièrement, évoque cet univers.

De taille plutôt moyenne, elle se croque avec plaisir. Sa chair d’un rouge vif est ferme et son jus évoque le parfum puissant et sucré de la fraise des bois.

On ferme les yeux et on se revoit enfant, ramassant et grignotant ce fruit sauvage ! Plus besoin d’aller la dénicher dans les fourrés, on peut désormais retrouver cette saveur chez son primeur.

Mara des bois : quelles sont ses particularités ?

Cette « obtention récente », selon le vocabulaire des pépiniéristes, n’est apparue, grâce à des hybridations, qu’en 1991.

Son succès ne s’est pas fait attendre et elle est aujourd’hui parmi les espèces les plus cultivées en France.

Cette variété remontante (qui produit des fruits plusieurs fois dans l’année) se cultive très bien au jardin partout dans l’Hexagone, elle peut même se planter sur les balcons.

Elle est résistante aux maladies et se récolte de la fin mai à la fin octobre, selon les régions et les années. On trouve facilement, sur tous les étals du marché, cette fraise conique au rouge vif.

Comment la consomme-t-on ?

La mara des bois peut se manger nature ou avec un peu de sucre, mais on peut également en faire des desserts particulièrement parfumés, grâce à sa richesse aromatique.

Évitez simplement les cuissons trop longues ou puissantes qui étoufferaient son parfum.

De même, ne la conservez pas au réfrigérateur et mangez-la dans les 48 h. On la ramasse avec sa queue pour qu’elle s’abîme moins vite, ne l’enlevez pas non plus avant de la nettoyer, le fruit risquerait de se gorger d’eau.

Comment cuisiner la mara des bois ?

En cuisine, elle se prépare en compote, macérée au vin, en tartes et gâteaux.

Uniquement en dessert ? Pas seulement.

La mara des bois se prête très bien aux gelées et il n’est pas rare de la voir accompagner foie gras et magret de canard.

  1. Salade de tomates aux fraises
  2. Fontainebleau aux maras des bois