La noix de coco 4

Douce comme le sucre, blanche comme le lait, la noix de coco fraîche est l’aliment tendance par excellence.

l’origine de la noix de coco

La graine du cocotier, arbre probablement originaire de Malaisie, voyagea jusqu’en Europe sur les navires des explorateurs. Marco Polo fut le premier à croiser, en 1280, à Sumatra, cette « noix indienne » ou « noix du pharaon » qu’il détailla dans son journal de bord. Nul doute qu’il en rapporta quelques-unes dans son Italie natale. Deux siècles plus tard, Vasco de Gama fit de même.

Ce furent les hommes de son équipage qui, en 1499, baptisèrent les noix « coco », en raison de leur ressemblance avec une tête grimaçante de croque-mitaine (qui se dit « coco » ou « cocã » en portugais).

La noix de coco 1
Tartare de daurade et haddock au lait et à la noix de coco

Ainsi, on imagine sans peine l’effet produit, dans les cales sombres, par des centaines de coques chevelues, chacune percée de trois orifices sombres – « deux yeux et une bouche » – qui sont en réalité des trous de germination.

  • La coco est devenue « noix de coco » au xviie siècle.
  • L’Académie française, à qui elle fut présentée en 1674, ne releva pas l’erreur : la noix de coco n’est pas une noix mais une graine, ou plutôt une drupe, c’est-à-dire un fruit contenant un noyau.
  • Ce que l’on mange, c’est l’amande contenue dans le noyau.
  • Encore faut-il pouvoir y accéder…

Lire aussi : Fruit de la passion : comment le manger, ses bienfaits


Les bienfaits de la noix de coco

Quel autre végétal peut se vanter de fournir à la fois du jus, du sucre, du lait, du beurre, de la crème, de l’huile, de la farine et du vinaigre ? Sans compter sa coque, capable de se métamorphoser en récipient, en masque, en instrument de musique… Cette noix venue des rivages tropicaux s’apparente à un couteau suisse tant elle a de ressources.

Ses produits dérivés, surtout, ont le vent en poupe, portés par leurs vertus antioxydantes et hypoglycémiantes.

La blogosphère est devenue l’apôtre de la noix de coco.

  • Une peau de croco ? Et bien, badigeonnez-vous d’huile de coco.
  • La friture la plus saine du moment ? Devinez quoi.
  • Vous êtes diabétique ? Le sucre de coco est là.
  • Végétarien ? Le beurre de coco vous sauvera.
  • Allergique au gluten ? La farine, pardi !
  • Gourmand et exigeant ? Alors prenez le pack complet pour briser la routine culinaire.
  • Coco râpée en paillettes, la noix de coco vole depuis longtemps au secours des ménagères en manque d’inspiration (qui n’a jamais succombé au flan coco vite fait bien fait ?).
  • Sous forme de lait, elle apporte aux plats une note exotique et temporise le feu du piment.

D’autres déclinaisons moins connues, comme l’eau de coco, le sucre et la farine grignotent à une vitesse folle du terrain sur les linéaires, portés par leurs bienfaits nutritionnels.

La noix de coco
Coupe de la noix de coco

Comment casser une noix de coco ?

  • Franchir la barrière protectrice de la carapace brune et fibreuse n’est pas une mince affaire.
  • Pour affronter cette périlleuse ouverture, munissez-vous d’une perceuse ou d’un tire-bouchon.
  • Percez ses yeux et videz l’eau au-dessus d’une passoire pour filtrer les petits débris.
  • Laissez l’usage de la machette aux autochtones expérimentés et privilégiez la méthode du four chaud.
  • C’est ainsi qu’au bout d’un quart d’heure environ, la noix se fendra naturellement et vous pourrez en recueillir la pulpe à l’aide d’une petite cuillère (si elle est encore tendre) ou d’un couteau économe (dans le cas d’un fruit plus mature).
La noix de coco 2
Légumes sautés à l’huile de noix de coco

Mais que faire dès lors de cette pulpe recueillie ? Inspirez-vous des cuisines asiatiques, africaines et sud-américaines dont la noix de coco est un des ingrédients de base, tant dans les préparations salées que sucrées.


Lire aussi :  Zoom sur le tamarin


Du lait de coco à l’ huile de noix de coco

Nul doute que le lait de coco et la noix de coco en poudre n’ont plus de secrets pour vous, mais connaissez-vous le beurre, le sucre, la pâte, le sirop, le vinaigre et la farine de coco voire même l’huile de noix de coco ?

Ces basiques exotiques ont gagné en Occident les faveurs des prescripteurs culinaires qui mettent en avant une grande richesse en fibres, en minéraux et en acide laurique (qui abaisse le taux de « mauvais » cholestérol) ainsi qu’une formidable polyvalence.

Les végans lui sont reconnaissants d’assurer le remplacement des produits laitiers en termes d’onctuosité et de texture. Les personnes allergiques au gluten et les diabétiques y trouvent aussi leur compte. Mais l’engouement a ses revers.

Prenons l’exemple de l’eau de coco, arrivée sur le marché français en 2008 : pour répondre à la demande croissante et repousser la date limite de consommation, des industriels y ont ajouté du citron, de l’acide citrique, de l’acide ascorbique et divers extraits qui dénaturent fortement son goût et détruisent ses nutriments. Mieux vaut regarder attentivement sa composition. 


Lire aussi :  Zoom sur l’ananas victoria


Attention au dosage !

Mais si l’usage de l’huile de noix de coco et du sucre de coco est similaire à celui de leurs homologues traditionnels, l’emploi de la farine requiert en revanche un certain doigté. La modération s’impose tant son pouvoir absorbant est important. Le dosage ne doit pas dépasser 15 % du volume total de farine, sous peine de voir la pâte à gâteau ou à crêpes se transformer en épaisse bouillie. Mettez à profit le côté « éponge » de la farine de coco pour épaissir un liquide trop fluide. Tester des ingrédients nouveaux, tâtonner, expérimenter… N’est-ce pas là, en définitive, l’un des grands plaisirs de la cuisine ? Sur ce terrain, la noix de coco et ses déclinaisons vous donneront du grain à moudre.

Recette rochers noix de coco

Rochers noix de coco : ingrédients

– 2 blancs d’œufs
– 150 g de noix de coco râpée
– 100 g de sucre
– 1/2 c. à café d’extrait de vanille liquide
– 2 c. à soupe de sucre glace, pour décorer
Ustensiles :
– 1 poche à douille (facultatif)
– Petites caissettes en papier (facultatif)

Rochers noix de coco : préparation

– Préchauffez le four à 150°C.
– Mettez tous les ingrédients dans un saladier et mélangez avec les mains. Façonnez les rochers avec les doigts ou à la poche à douille.
– Rangez-les sur une plaque recouverte de papier cuisson ou dans des petites caissettes individuelles, et faites cuire 5-8 min, jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés.

Congolais noix de coco