Le riz et les pâtes vous lassent ? Découvrez l’orge perlé, une vraie mine culinaire pour renouveler vos repas quotidiens !

Zoom sur l’orge perlé

Parmi les plus anciennes céréales cultivées, d’abord au Moyen-Orient, en Afrique de l’Est et en Asie, très rustique, résistante au froid et à la sécheresse, l’orge perlé a été et est encore exploité dans de nombreux pays, dont la France. Dans l’Antiquité, l’orge perlé était utilisé pour la confection de pains nourrissants mais pas vraiment légers.

Autrefois absentes de nos placards, les céréales sont devenues très tendance, notamment sous l’influence des promoteurs du bio et des veggies de toute obédience. Au générique de toutes ces céréales que l’on apprécie désormais de voir dans nos assiettes, l’ orge perlé possède quelques atouts pour séduire.


Lire aussi : Petit épeautre : comment le cuisiner ? Découvrez nos recettes


Orge perlé : comment le cuisiner ?

Très facile à cuire et à préparer, sans obligation de le faire tremper au préalable, l’orge perlé demeure le plus couramment utilisé et se prête à une foule de préparations chaudes ou froides, salées voire sucrées. L’hiver, il fait merveille en soupes, ragoûts, ou bouillies. L’été il donne une texture originale à des salades composées. En toute saison, il peut servir de garniture à des plats de viande ou de poisson escortés de jus légers ou de sauces plus puissantes, entrer dans la confection de gratins ou de puddings, sans oublier que certains chefs le substituent au riz pour confectionner de délicieux risottos.

 

Retrouvez toutes les recettes du magazine sur notre application

Ou achetez directement le numéro 232 de Saveurs

Ce qu’il faut savoir sur l’orge

  • La production d’orge est encore largement destinées à l’alimentation du bétail, à l’élaboration de la bière à base de malt et du whisky, mais de plus en plus aussi consacrée à une consommation gastronomique.
  • L’orge peut se consommer sous différentes formes : en grains, en flocons ou en farine.
  • Pour être comestible, le grain d’ orge perlé doit d’abord être séparé de son enveloppe.
  • Pour l’orge mondé, on retire l’enveloppe mais on conserve le son et le germe.
  • L’orge perlé, lui, est débarrassé de l’enveloppe mais aussi du son et du germe, de façon à obtenir des grains – comme des perles – très réguliers et très rapides à préparer. Le bémol ? Dans l’opération, l’orge perlé abandonne une partie de ces valeurs nutritives.
  • On cultive l’orge dans de nombreux pays, en Europe et ailleurs… Pour acheter un produit de très bonne qualité, tournez-vous de préférence vers le bio, dont le logo est aussi bien visible sur les paquets des différentes marques concernées. Tant qu’à faire, privilégiez aussi une « origine France ».

Lire aussi : Quinoa : ses bienfaits et nos conseils pour le cuisiner


La cuisson de l’orge perlé 

L’orge perlé se cuit ainsi dans beaucoup d’eau, environ un volume d’orge pour deux ou trois volumes d’eau. Si vous n’utilisez pas la totalité du paquet d’orge perlé, conservez le reste dans un endroit sec et frais, mais à l’abri de la lumière