polenta origine

Si l’Italie en a fait un emblème national, on retrouve la polenta sous toutes sortes de formes dans bien d’autres cuisines. Découvre l’origine de la Polenta.

Polenta : origine

Le terme de pulenta est attesté chez les Romains. Il s’agissait alors d’une bouillie d’orge.

Il a fallu attendre le xviie siècle pour que le maïs, arrivé du Nouveau Monde, se substitue aux autres céréales.

Si le maïs s’est généralisé, Elle reste parfois préparée avec du millet ou du sarrasin (elle est alors quasiment noire).

La variation la plus connue est la pulenda corse, à base de farine de châtaigne. À signaler également la mamaliga de Roumanie et la cruchade en Gascogne.


Lire aussi : Quinoa : ses bienfaits et nos conseils pour le cuisiner


Son aspect, qui va du blanc au jaune orangé, dépend du choix de la semoule mais aussi de la cuisson.

Au lait ou à l’eau nature, frite ou au four, chaque région a ainsi sa recette. Il existe aujourd’hui des polentas précuites qui permettent de réduire le temps de cuisson habituel (45 minutes). Certaines sont aromatisées à la truffe blanche.

Polenta
Petits soufflés de polenta aux pleurotes, jus à l’estragon

La cuisson de la polenta

Longtemps assimilée à du pain, elle accompagne volontiers les plats en sauce. Elle fait merveille avec un bœuf bourguignon ou de la morue. Mais on peut aussi la déguster frite, et elle se suffit alors à elle-même.

Deux millimètres de polenta, champignons sauvages coupés au couteau… C’est (en partie) grâce à cette formulation énigmatique qu’Emmanuel Renault, au Flocon de sel, à Megève, a forgé sa réputation de chef triplement étoilé…

La polenta, cette bouillie qu’on considérait naguère comme le pain des pauvres, abaissée et mesurée au pied à coulisse, allégée, mais aussi parfumée, bref élevée en nouvelle icône de la cuisine gastronomique : il y a là un beau paradoxe.

  • De la polenta chez un chef de Haute-Savoie ? Oui, car elle est aussi une spécialité du sud-est de la France.
  • Dans l’arrière-pays niçois, la grande fête de la polenta se tient chaque année à Belvedère.
  • On en signale également la consommation il y a un siècle en Provence.
  • Mais aussi dans le Massif Central. En Suisse, Roumanie, Argentine.
  • Partout où alternent monts et vallées, en fait.
Polenta 2
Dans un plat à gratin : polenta au four  gratinée à la tomate confite  et au pecorino. Ajouter un filet d’huile et du thym.

La polenta et la cuisine italienne

Donc aussi en Italie du Nord, dans la plaine du Pô et sur les contreforts alpins. Mais il en va de la polenta comme des pâtes : nos voisins transalpins ont l’art de faire de leurs plats favoris un symbole national, avec du parmesan râpé bien sur !

« Je suis né près de Venise, raconte Davide Bisetto, chef de Casadelmar à Porto-Vecchio. C’est le berceau de la polenta. Chez moi, on en mangeait bien plus souvent que des pâtes. D’ailleurs, dans le reste de l’Italie, on nous surnommait les « pulentone », les mangeurs de polenta. C’est peut-être pour ça que je ne l’aimais pas, dans mon enfance. » Depuis, le chef l’a redécouverte et mise à sa carte.

Elle est chez lui à la farine de châtaigne, terroir corse oblige, mais aussi au maïs, comme il est d’usage depuis que le sarrasin et l’orge traditionnellement utilisés par les Romains ont disparu. Le choix de la semoule, fine, moyenne ou grosse, conditionne la couleur de la bouillie, qui va du blanc au jaune plus ou moins franc. Traditionnellement, on cuit la polenta dans un chaudron en cuivre, en remuant sans cesse durant 45 mn, faute de quoi la préparation reste indigeste.

Polenta 1
Blanc de pintade rôti, polenta et raisins secs

Lire aussi : Zoom sur l’orge perlé


De la polenta crémeuse aux recettes régionales

« Dans notre région, on la prépare au lait et on la sert liquide. S’il en reste, elle durcit et le soir, on la coupe en tranches qu’on fait griller sur les braises. » C’est une version.

Il y a aussi ceux qui la mangent épaisse et qui la passent au four. Ceux qui la font frire. Qui ajoutent de la crème, du fromage, des pignons ou de la grappa. Reste à l’accompagne ou à l’assaisonner.

  • Elle va ainsi très bien avec une daube du côté de Marseille.
  • De la brandade de morue séchée au vent en Vénétie.
  • Un coq au vin dans les Cévennes.
  • Une friture de petits poissons du côté de Trieste.
  • À Venise, on en fait même des zaeti, des petits biscuits aux raisins secs.

Au bout du compte, comme le pain, elle a le goût du monde.

Comment préparer la polenta : recette facile