Incontournable dans une salade de tomates, il sait aussi apporter sa touche originale à bien d’autres plats.

Basilic, d’où vient ce nom ?

Dès l’Antiquité, les peuples qui utilisent le basilic lui accordent une grande importance. Son nom provient d’ailleurs du grec basilikos signifiant « royal ». Au Népal et en Inde, cette plante est même sacrée. Mais dans la France médiévale, elle est considérée comme faisant partie des ingrédients de la sorcellerie. Au xixe siècle, le basilic sert à exprimer la haine dans le langage des fleurs. Selon la légende, il pousserait mieux en étant injurié…

Cette herbe originaire de l’Inde orientale est devenue un emblème de la cuisine méridionale. Puissamment aromatique, elle se décline aussi en de multiples variétés dont la plus courante est le « grand vert », aux larges feuilles. Les senteurs se déclinent ainsi du poivré à l’anisé en passant par le citron et la cannelle. Les feuilles du basilic perdant de leur parfum durant la cuisson, le mieux est de l’incorporer en fin de préparation après l’avoir rapidement haché aux ciseaux ou déchiré entre les doigts.


Lire aussi : Menthe poivrée : comment la cultiver et la conserver ? ses recettes


Comment cultiver le basilic ?

Dans le potager de préférence. Car cette herbe délicate demande de l’attention et des arrosages fréquents. Une jardinière placée sur un balcon ensoleillé pourra faire l’affaire à condition d’éviter les petits pots dans lesquels la terre s’assèche trop rapidement.


Lire aussi : Nos articles sur les herbes aromatiques


Comment conserver le basilic ?

Le séchage n’est pas recommandé car il lui fait perdre son arôme. Frais, le basilic peut se conserver une semaine au réfrigérateur, après été avoir lavé, essoré et placé dans une boîte tapissée de papier absorbant. Par la suite, vous pouvez le congeler en le conditionnant en sachets peu compacts. Infusé dans de l’huile d’olive, il pourra servir à assaisonner salades, pâtes ou soupes.

Nos recettes réalisées avec du basilic

Le basilic est l’ingrédient principal de ces préparations. Ainsi dans le célèbre pesto italien, il est pilé au mortier avec de l’ail, du fromage et des pignons de pin auxquels est ajoutée une généreuse quantité d’huile d’olive. Le pistou provençal se prépare de la même manière mais ne contient ni pignon ni fromage. Il sert à aromatiser la soupe à laquelle il donne son nom.

  1. Tarte fine de courgette et basilic
  2. Salade de thon au basilic
  3. Flan courgette-feta-lardons

Cet article vous a plu ? Découvrez le magazine Saveurs, son application iOS et android